Accueil | Affiches et tirages d'art | Identité, souveraineté, sacré : l’empereur

Des­sin au crayon de bois et tech­niques mixtes.
Tirage d’art en série limi­tée sur papier Hah­nemühle Museum Etching 350g.
Dimen­sions : 42 X 59,4 cm.

Éric Heidenkopf

Identité, souveraineté, sacré : l’empereur

Tirage d’art

89,00 

27 en stock

Le 2 décembre 1804, jour de son sacre, Napo­leone Buo­na­parte deve­nant Napo­léon Ier et s’adressant au pape Pie VII : « Je n’ai pas suc­cé­dé à Louis XVI, mais à Char­le­magne . » Ce buste altier au front ceint de la cou­ronne sacrale, taillé dans le marbre antique, nous offre l’image de l’empereur dans sa sta­ture souveraine.

Son expé­rience du ter­rain et des hommes lui font pen­ser que l’imagination gou­verne le monde. « Ce que je cherche avant tout, c’est la gran­deur : ce qui est grand est tou­jours beau. », cette sen­tence de l’empereur vient en écho à la conclu­sion de la triade homé­rique défi­nie par Domi­nique Ven­ner : la beau­té comme horizon.

À propos de l’auteur

Artiste pré­coce, lau­réat de concours natio­nal de film d’animation à qua­torze ans, de bande des­si­née à seize ans, après un détour par la facul­té d’Histoire de l’Art, il s’aventure dans le desi­gn gra­phique. Aujourd’hui, il est illus­tra­teur-gra­phiste indé­pen­dant. Sen­sible à la beau­té du monde qui l’entoure, et en par­ti­cu­lier son Alsace natale, Éric Hei­den­kopf pro­pose au tra­vers de ses pro­duc­tions une réflexion qui s’inscrit dans l’univers cultu­rel euro­péen. Il s’est enga­gé volon­tai­re­ment dans une tra­di­tion visuelle de l’art euro­péen de l’âge du bronze en pas­sant par la renais­sance jusqu’à cer­taines pro­duc­tions plus récentes, où, notam­ment, le por­trait y figure en bonne place.